mardi 26 juillet 2016

Fogo, l'île du 6e jour et du jour d'après

Que dire de plus...

Ah oui...
qu'on est arrivés -3 minutes en avance pour prendre le traversier de 15h, en retard de 25 finalement;
qu'on s'est farci la plus que sympathique rando bouclée, dite du Lion's Den, qui part du Marconi Wireless Interpretation Center juste à temps pour se retrouver du côté boisé obscur en même temps que le soleil se retrouvait dans l'eau de l'autre côté de la vue,
qu'on a trouvé où dormir dans le stationnement dudit centre d'interprétation, avec vue imprenable sur Fogo, le village du même nom, pour pas mal moins cher que la chambre à Gouinette (fogo island inn),
qu'il serait vraiment intéressant de se taper une conférence de Zita Cobb (p.ex. Transforming Fogo Island as a magnet for the arts) pour saisir le concept de l'hôtel de gros luxe qui semble plutôt jurer dans le décor minimaliste environnant,
que la vie sur l'île a quand même pas mal changé depuis 1967 (The Children of Fogo Island),
qu'il faut arriver plus de 30 minutes à l'avance pour sortir de l'île et qu'avoir une batterie de van à terre dans la file d'attente n'est pas la meilleure façon d'embarquer sur le bateau, à moins d'avoir des câbles à booster et de faire des beaux sourires aux Newfoundlanders qu'on n'appelle surtout pas Newfies en pareille situation,
que de se faire percher la van à batterie précaire sur une des passerelles de côté une fois sur le bateau, dans une position de survoltage impossible, ne contribue pas à l'augmentation de l'espérance de vie liée à l'absence de stress,
qu'il n'y a pas de wifi au Marconi Wireless Interpretation Center, mais qu'on y trouve un bel espace gazonné et deux jolies tables à pique-nique.



1 commentaire:

  1. Comment vous dire, M.Martel, à quel point vous lire est un pur délice ! merci de nous faire voyager, de nous faire sourire et meme rire sous cape !

    RépondreEffacer