dimanche 11 octobre 2009

4-5-6 fin du test



Pour finir en beauté: un Indien, comme sur le t-shirt de la madame (ref.: 1er message du blogue, en juillet).
Prochain rendez-vous... avant le 50e hurlant j'espère.

Montréal

Retour aux vraies affaires: écouter la météo, penser aux vidanges, manger du beurre de peanut.

En espérant que les quelques lignes écrites en cours de route auront su vous intéresser et vous faire voyager un peu.
Merci pour les commentaires, pertinents et impertinents, les courriels et les pensées. Extrêmement appréciés.

Quelques photos d'Irlande devraient se retrouver sur mon espace Flickr sous peu. Autre beau coin de planète... surtout quand on n'a que 10 minutes de pluie en 2 semaines, un brin de soleil et de ciel bleu chaque jour, et bien sûr, un hôte comme Paul!

p.s. Ahhh Montréal! //www.nouveaucinema.ca/2009/fr/

mardi 29 septembre 2009

Sláinte!

Merci a tous et a toutes pour les bons voeux du 25! Tout lu hier, mais je manque de temps (et d'argent!) pour faire du tinternet en Irlande. Pas le Perou, ni l'Inde.
La Guinness qui souleve tant les passions est toujours a l'honneur. La Beamish aussi. Soiree memorable au pub du coin vendredi dernier, avec les Deane pere et fils.
Bon, c'est le temps pour une ballade en bateau... Skellig Island et son monastere.

mercredi 23 septembre 2009

Cork, Irlande

Avant-hier: belle soirée à Londres.
Hier: 1ère soirée de Guinness avec Paul dans les pubs de Cork... bonheur.
Demain: Dublin avec Sophie!!!

samedi 19 septembre 2009

Delhi, retour à la source

Arrivé ce midi d'Amritsar après 6h de train superexpressdeluxeairclimatisébouffeincluse. Un beau train confortable comme chez nous, mais avec du service en plus.

Passé une semaine complète à Amritsar finalement. Changé d'hôtel pour du gros luxe les 3 dernières nuits: deux draps, comptoir de salle de bain en marbre et eau chaude. On ramollit avec le temps. Même bu du café. Du bon. Prêt à m'en retourner chez les occidentaux faut croire.

Amritsar, la nuit, la vie, le temple.
Encore plus ésotérique. Du monde couché partout sur le plancher des couloirs extérieurs, des bénévoles qui frottent l'or et le laiton, le verre et le marbre. Peu de pélerins qui déambulent. Moins frénétique que le jour. Tranquille et zen au pays des Sikhs types. Pas de file pour se rendre au temple. J'y vais. Le golden temple (Harmandir Sahib) est situé au coeur d'une immense enceinte à ciel ouvert, au milieu de la "piscine du nectar", et est relié au bord par un long "causeway". Voir sur wikipedia pour des photos et le plan pour comprendre (lien à droite). Sans le savoir, j'arrive à temps pour la messe de 23h. Après 15 minutes, je m'éclipse, de peur que l'homélie ne dure toute la nuit. À la sortie, en jasant avec le sympatique Sikh gardien à l'entrée du causeway, j'apprends que c'est déjà presque fini et qu'ils ferment le temple entre minuit et 2h30 du matin pour lui en faire toute une de belle toilette. C'est comme ça tous les soirs. Je lui demande ce qu'il y a dans les deux bols que j'ai vus pendant la messe devant celui qui avait tout l'air de mener la patente. Il me dit que c'est le "Holy Sweet"(!) : genre d'ostie, en moins plat. Une pâte sucrée pas mal du tout (un pèlerin passant par là, encore tout illuminé de sa messe, m'a fait goûter) qui donne presque le goût de se convertir et de faire dans les 5 K, 5 éléments hautement symboliques qu'un Sikh doit porter. Les 5 K sont: kēs (les cheveux longs), kaṅghā (le petit peigne qui tient les cheveux), kaṛā (le bracelet de fer), kirpān (le poignard), and kacchā (des sous-vêtement lousses!?).
Aux cuisines, plus tranquille la nuit par contre. Apparemment, il se sert 40000 repas gratos par jour!

À la frontière
Autre activité touristique de la région, la relève de la garde et la fermeture de la frontière indo-pakistanaise, située au village d'Attari (2 "t"), à 35 km à l'ouest d'Amritsar. Ça s'enfarge pas dans les pâquerettes ce monde-là. Pour avoir une idée, voir un exemple sur youtube (lien à droite).
Plein de monde côté indien. Ça danse du bollywood, ça chante, ça crie, ça joue du drapeau. Les étrangers ont même droit aux gradins VIP. Quand j'y étais, les gradins pakistanais étaient malheureusement presque vides, pour cause de ramadan.
Étrange rituel; tout ça quand on sait que 2 jours avant que j'assiste à la cérémonie, des petits comiques du côté pakistanais (pas l'armée, qui jouait au cartes pendant ce temps-là) ont lancé 2 roquettes dans le coin d'Attari. L'armée indienne a riposté. Pas de dommage ni blessé ni mort... et hop, on se refait une petite cérémonie de relève de garde ce soir? Volontiers!

Delhi, 37C
De retour à Delhi donc, cette fois-ci pour y passer mes 2 dernières nuits en Inde avant longtemps. Le meilleur rapport qualité-prix pour les guesthouses se trouverait dans le quartier des réfugiés tibétains en exil. M'y voilà donc, au Lhasa Guesthouse, en plein coeur du minuscule mais densément peuplé quartier tibétain, au nord de Old Delhi. L'avantage, c'est que les rues y sont tellement étroites qu'on peut seulement circuler à pied. Pas de rickshaw, pas de bruit. Merveilleux.
Même pris le métro pour m'y rendre. Métro flambant neuf construit au cours des dernières années en vue des jeux du Commonwealth l'an prochain. Bien fait le métro. Système de jetons qui pourrait être efficace, mais on est en Inde. Ils passent tous les sacs aux rayons X. Beau line-up!


dimanche 13 septembre 2009

Ste-Anne-de-Beaupré à la Sikh!

Amritsar. Arrivé hier apres avoir survécu, à ma grande surprise, à mes dernières rides de transport routier. Srinagar-Jammu en jeep: 11h de terreur en montagne. Jammu-Amritsar en bus pas deluxe: 6h, enfin plus relaxe, dans la plaine, routes assez larges pour y mettre une ligne blanche au milieu de temps en temps. Avant ça : trois jours de trekking au nord de Srinagar, dans le coin de Naranag et du lac Gangabal. Les détails une autre fois, mais 'y a des photos.
Amritsar: chaud, humide, collant, totalement chaotique. Bref, revenu en Inde (le Cachemire et le Ladakh a côté de ca, c'est du facile). Après les premiers instants de stupeur et d'hallucination, je me suis bien installé finalement. Trouvé une chambre confortable et tranquille avec tivi, pas loin du temple, pour me cacher de temps en temps. Du bruit et de la fureur, à petites doses. Le restaurant est en face, la crème glacée à côté, la buanderie à 3 coins de rue et le tinternet à 5 minutes.

Highlight de la place et ma raison d'y être avant de lever les feutres vers Delhi (actuellement inondée d'ailleurs): le Golden Temple - version sikh de Ste-Anne. Simplement surréaliste. Quelques photos sur flickr, mais il faut y être pour le croire. Je mettrai peut-être quelques videos pour essayer de rendre l'atmosphère.
A+

vendredi 4 septembre 2009

Houseboat!

La rencontre avec Rasool m'a permis de faire ce que tout touriste qui se respecte fait à Srinagar: vacher sur un houseboat. Celui de Rasool est particulièrement bien équippé et propice à l'inoccupation, si ce n'est de la présence d'un laptop branché sur le tinternet.
La grosse vie sale: grande chambre avec salle de bain, eau chaude, draps propres, système de son dans le salon, bouffe incluse. Immense le bateau. Et pour l'instant, il n'y a qu'un Anglais avec moi.
Bon, j'y vais, faut que je me dépêche à rien faire avant que ça finisse... dans quelques jours peut-être.

Heidi! Heidiiiii!!

Quelques jours à la montagne. D'abord à Gulmarg, LE centre de ski. Tranquille en été, que quelques touristes Indiens. Pris la gondole pour un bout puis continué à pieds jusqu'à quelque 4300m. Belle vue. Des moutons, un chien qui cloche et un peu de neige en haut. Beau lac de l'autre côté. Intéressant de voir le skishop avec des skis récents, tous aussi "fats" que "super dooper fats". Ça en dit long sur la quantité de poudreuse entre janvier et mars. Le centre est très prisé des Australiens et Néo-Zélandais parait-il, et de quelques Québécois(e) qu'on connait!

Puis retour à Srinagar et fnalement rencontre de Rasool, "Number one businessman", comme m'a dit un local, et vivement recommandé par Renaud. Il a un superbe "houseboat" sur la lac Dal (un des 1400 parqués sur le lac!) et m'a organisé quelques jours dans le coin de Pahalgam, autre région montagneuse, chez une modeste famille qui aimerait bien avoir plus de clients pour s'arrondir la panse et les fins de mois. 3 jours, 2 nuits... intéressant, mais il a plu des cordes à boire du bois. Un peu plus et pis les lits sortaient des rivières; Isabelle a connu ça déjà;)

Donc, quelques heures de marche aux alentours les 2 premiers jours, et beaucoup de temps assi par terre dans la cuisine à boire du thé. Beaucoup de thé. Beaucoup beaucoup. Et pis du pain. Du pain kashmiri. Beaucoup de pain. Beaucoup beaucoup. Mais malgré tout, belle expérience de vie... à regarder le monde jeuner et prier en attendant que le gars de la radio annonce la fin du jeune, à 19h et des poussières.

samedi 29 août 2009

Srinagar - des fruits

3 bananes
5 pruneaux
2 grenades
1 pomme

60 roupies

vendredi 28 août 2009

Leh-Srinagar

Eh ben voilà, une douzaine d'années après avoir eu le goût, je me ramasse au Cachemire, à faire du tinternet à 10 pieds du lac Dal, en pleine prière du 1er vendredi après-midi du Ramadan.

Vraiment content d'avoir fait le trajet Leh-Srinagar en plusieurs étapes au lieu d'une ride de nuit de 17 h... l'important, c'est rarement la destination. Légers regrets de ne pas avoir vu plus du Ladakh, surtout le paquet de monastères, mais le vent poussait fort vers les contrées plus verdoyantes du Cachemire, et trop de moineries, ça finit par vous travailler l'esprit et donner le goût de tomber dur dans la tonsure. Prochaine vie.

Lamayuru
Leh-Lamayuru avec le bus pour Kargil, départ à 4h30 du matin près du terrain de polo, 250 roupies. À Leh, la nuit appartient aux chiens, à 3 ou 4 pattes, et aux vidanges. Intéressant donc de se promener à la frontale sur la rue principale en cherchant le chemin pour l'arrêt de bus. Les chiens aboient, la caravane s'enfarge.
Lamayuru se rejoint en 5-6h inconfortables dans un bus fait pour les pygmés. Route en construction, hommes, femmes, et qqs enfants à la pelle, à la pioche et à la main, un casque de sécurité de temps en temps et un bulldozer par ci par là, jaunes, poussière de roches et rochent les travailleurs. Rien de nouveau. Toujours aussi sec et "ça sent la poussière" comme dirait l'autre.
Le plan: arriver à Lamayuru avant midi, y passer qqs heures, entre autres pour voir le plus vieux monastère de la planète Ladakh, et filer vers Srinagar avec le bus d'ennuie.
La tentative: attrapper un lift vers Kargil dans l'après-midi après la visite en 15 minutes du monastère.
Finalement: rencontres intéressantes du genre à sacrer le plan aux poubelles et à prendre le temps, le pendre, le peindre, le déprendre et le dépeindre, selon qu'on fait dans la consonne, la voyelle, et/ou le "dé".

C'est minuscule Lamayuru. Et particulièrement tranquille quand tout le monde est parti à Leh pour voir HH (His Holiness) le Dalaï Lama donner son speech. Restent quelques touristes, qui comme moi finalement, ont décidé d'y passer au moins une nuit:
- G. et A., les Français: une retraitée de 72 ans et son ami de qqs décennies plus jeune. Super sympas. Il le prennent eux le temps. Partis de France en novembre, ils se sont tapés la Jordanie et l'Égypte avant d'arriver en Inde en janvier. Ils en ont pour 2-3 ans de voyage. Après l'Inde, l'Indonésie, l'Asie du Sud-Est, l'Amérique du sud. Ils m'ont donné qqs adresses très utiles à Srinagar, mais surtout le goût d'arrêter tout partout en chemin. Merci.
- H. et H., les Allemands: un père et sa fille ado, en moto, sacs-à-dos et guitare strappés après. 14 rayons de pétés sur la moto, le père a réussi à en remplacer 4 en espérant se rendre à Kargil le lendemain. Beau souper en français avec les Français. Jamais revu les motards. lls se sont bien rendus j'imagine. Bonne route.
- M. et P., les Italiens du Piémont: couple dans la trentaine. Elle, journaliste, qui a joyeusement couvert le 400e de Qc l'été dernier. Lui, 2 hernies à pelleter son toit de maison l'hiver dernier, et en Chine pour le travail avant de passer qqs semaines en Inde pour le fun. L'avoir eu, ils m'auraient enlevé le goût de voyager en Chine.
- ? et ?, des Allemands: début soixantaine... ils ont fait Manali-Leh en 14 jours en vélo (!), et continuent vers le Zanskar. C'est tout ce que je sais. Pas jasé vraiment. Juste de savoir ça, ça me suffit. Admirable.

Mulbek
En camion. Un grrros camion. Tata 1613 Euro II turbo. Je vous raconterai si je prends le temps.
Magnifique coin de verdure Mulbek. Toujours au Ladakh. Camping recommandé par les Français. Impeccable. Belle tente avec un lit plus propre que propre dedans. Bonne bouffe, nuit fraîche.

Drass
Mulbek-Drass en camion. Plus petit celui-là. Avec J. et J.-P., encore des Français, et des sympatiques ceux-là aussi. Je pensais qu'ils étaient tous au Pérou les cousins, mais il y en a au moins la moitié au Ladakh... et encore plus en France parait-il. Enfin, ceux qui ne sont pas à Montréal. Fait notable: lors d'un voyage précédent, J. a pris de la poutine mexicaine à la Banquise et a bû ce que je soupçonne être de la cream ale, au Bily Kun. D'ailleurs j'y pense: par choix, pas acheté une bière depuis Manali, pas bu une gorgée depuis les Perséides. J'ai dit que c'était sec le Ladakh?
Paul! Mets de la guinness au chaud à quelque part sous une poule... j'arrive dans 23 jours!

Drass donc, ça y est... rendu chez les p'tits Dardous (ou Dards, ou Brokpas - http://en.wikipedia.org/wiki/Brokpa)! Depuis le temps qu'on en parle des Dardous, j'en ai entendu parler. Des grands et des petits. En Dardi, en Balti, en Hindi, en Kashmiri, en Ladakhi. Ben l'fun d'avoir juste une langue au Canada!? Drass, ça se trouve après Kargil (2e ville en importance au Ladakh), en plein sur la route principale. En 1999, lors de la guerre de Kargil (http://en.wikipedia.org/wiki/Kargil_War), les habitants de Drass sont allés faire un tour 50 km plus loin le temps que l'odeur de la poudre se dissipe et histoire de voir ailleurs si ça tirait moins fort. Plus tranquille maintenant, mais "l'ennemi vous guette", comme dirait la pancarte sur le bord du chemin.

Sonamarg
De Drass, autre beau départ à 5h du matin, en "shared jeep" (au minimum: 3 adultes en avant, 4 en arrières, et 4 sur les bancs latéraux dans le coffre). Pour cause de ramadan, l'armée ferme la route la nuit et ne l'ouvre qu'à 5h-5h30.. sinon on serait parti avant. Assez surréaliste les divers "checkposts" en cours de route: j'allais avec le chauffeur direct dans la tente des militaires, couchés en pyjamas, leur présenter mon passeport pour qu'ils remplissent leurs beaux cahiers pleins de numéros de passeport inutiles. Et puis que dire de l'arrivée du côté Cachemire sinon: "enfin de la verdure, des arbres, les Alpes!". Une fois à Sonamarg, 8h am, après avoir trouver une chambre, je me fais entraîner par L. et R., 2 Israéliens, dans une rando mollo jusqu'au glacier le plus proche. Bonheur, R. est berger en Israel et traîne toujours une théière, du thé, du café et des allumettes. Ahhh, enfin un bon café, dans le genre turc sur le bord de la rivière à compter des moutons. En continuant la rando en solo, je me retrouve au sommet de la montagne, un peu péniblement, mais avec une vue appréciable sur les vallées du coin. Retour en bas, je me paye finalement la super chambre deluxe (14$), avec tivi couleur, câble et eau chaude! Vu Machuca (assez dépaysant de voir le Chili de 1973 à partir du Cachemire de 2009) et revu Usual Suspects et Match Point. Juste un peu de luxure de temps en temps, important pour le moral des troupes.

Sonamarg - Srinagar
Temps pluvieux et gris, route bloquée par un genre de grève obscure, faut changer de "share jeep", ce qui n'est pas trop mal puisqu'on était parti à 16 dans le jeep (rappellez-moi d'écrire à Guinness, pas la bière), mais les 3 enfants ne comptent pê pas vraiment finalement. Arrivée à Srinagar avec qqs rayons de soleils. Ahhhh, Srinagar!

jeudi 20 août 2009

Xérostomie

Un beau mot qui n'a jamais été aussi pertinent...

Stok Kangri (6153m)

En option 1 donc, avec Friede, Lisa, le guide, le cuistot et qqs chevaux.
Jour 1: Stok-Mankarmo , 2h, on a même eu de la pluie.
Jour 2: Thé dans la tente au réveil, Mankarmo-camp de base (4800m) , 2-3h - pas chaud
Jour 3: 0h30 à 7h30, très pénible montée au frette sans le cuistot et les chevaux, traverse d'un semblant de glacier, d'un beau jardin de grosses roches et ascension finale sur la crête bien content que le soleil donne un peu de chaleur pour les dernières heures. Pas de crampons, 1 piolet de marche seulement. Rien de technique, juste de la marche. Vue spectaculaire une fois en haut. Pas vu le K2 par contre, trop brumeux au loin. Une douzaine de personnes ont fait la montée en même temps que nous, beau show de frontales dans le nuit. Retour au camp de base vers 11h30, poqués. Autre nuit froide dans la tente. Pluie-grêle-neige dans la nuit.
Jour 4: retour à Leh (hier) content d'être en vie, et moins haut.

samedi 15 août 2009

Trekking au Ladakh, en long et en très large...

Revenu à Leh hier après-midi avec la tête pleine de montagnes et juste assez d'ampoules aux pieds pour éclairer un wal-mart.
Pour les curieux, il y a 3 façons de se la trekker douce dans ce beau, mais sec, archi sec, peu propice au jump shots, coin de pays.

La première est de se faire organiser par une des nombreuses agences. Ça inclut un guide, un helper-cuisinier, des tentes, des matelas, de la bouffe et des chevaux, mais pas d'antihistaminiques. Le tout revient entre 30 et 45 euros par jour par personne pour des treks pas trop compliqués de 4 à 15 jours. Bref, cher selon les standards indiens, mais ça permet d'aller dans des endroits pas mal perdus merci.

La deuxième façon est de se procurer juste un guide et de faire un trek où il y a qqs âmes qui vivent. Avec le guide, à 700 roupies/jour (18$) divisés par le nombre de personnes dans le groupe, on se promène d'un "homestay" à un autre. Un "homestay", c'est une maison qui reste, avec quelqu'un dedans, et une ou deux chambres pour les invités. Le quelqu'un dedans, plus souvent une quelqu'une qu'autrement, sourit, prépare le souper, le déjeuner et un petit lunch pour le lendemain (voir photos sur flick) , et offre le gîte pour la modique somme de 350-400 roupies (9-10$), soit l'équivalent d'une demi-douzaine de cliff bars. En général, dans les secteurs où il y a des "homestays", il y a aussi des "women's parachute club restaurants", genre de buvettes où il fait bon s'asseoir sous le parachute et se faufiler un "mint tea", "black tea" ou "milk tea" en poussant des "julley" à la qui-mieux-mieux tout en jasant coups de soleil et maux de tête... en écoutant du Luba il va sans dire.

La troisième option consiste à se passer du guide et à partir en solo d'un "homestay" à un autre. Vraiment pas cher et surtout ça permet de se perdre comme il faut dans des endroits pas mal perdus, justement, surtout quand on prend la précaution de partir sans carte qui a de l'allure et sans avoir assimilé parfaitement les rudiments du dialecte local.

J'ai donc choisi les options 2 et 3 pour mon premier trek, soit 4 jours avec 1 guide et 3 compagnons de marche, puis en solo avec pas de guide pour le reste.
Alors, v'là les détails, c'est plus pour ma mémoire, mais vous lisez si ça vous tente, comme d'habitude.
Jour 1 (9 août)- Leh-Zingchang (3500m): 2-3h de jeep (1400 roupies à 4), puis 30 min de marche pour se trouver un homestay, fort agréable d'ailleurs malgré l'achalandage (2 anglaises, une danoise, un japonais, et 2 inconnues, en plus de mes 3 allemands et moi-même). Comme on est arrivés tôt, j'étais bien content d'avoir Friedemar le va-nu-pieds pour m'accompagner sur le sommet du coin, histoire d'admirer la vue et le soleil se défiler. Les anglaises et la danoise ont couché à l'intérieur avec les "bed bugs", le reste s'est tapé une nuit sur le toit, à la belle étoile filante, semaine de perséides oblige (que je leur ai fait savoir à tous-tes).
Jour 2 - Zingchang-Yurutse (4200m): On nous avait dit que ça prendrait 4-5h de marche, ça en a pris 4-5, mais pas mal mollo et un bon break. Friede, Peter et Lisa ont même pris le temps de me montrer un jeu de carte allemand dans l'herbe fraîche. Étonnantes d'ailleurs ces "patches" de verdure perdues dans tant d'aridité. Encore un "side trip" de fin de journée avec Friede pour lubrifier les rotules... et se farcir une vue incroyable sur qqs pics du Karakoram, au loin, vers chez les Chinois. En bonus, un beau show de chèvres de montagne dévalant une pente à 45 degrés à fond la caisse sans se planter. Des années de pratique, c'est sûr.
Jour 3 (11 août) - Yurutse-Skyu (3400m), en passant par un col à 5000m : une vraie journée de fonctionnaire, 9 à 5, avec plusiseurs pauses-café, une sacrée montée, pas d'ascenseur, pas beaucoup d'O2 et un arrière fond de mal de tête. "Side trip" de 1.5h jusqu'à 5200m avec Friede, pendant que Lisa et Peter se remettent de la montée. Notre valeureux guide Gurmet (cuisinier à ses heures, avec un nom pareil) dort sur une roche de la région. Parlant roche, un vrai "wet-dream" de géologue tout partout. À donner le goût de faire des lames minces, ou de refaire ses études.
À Skyu, autre nuit à la belle étoile en pensant à Berthier, à Owl's Head et à toutes ces occasions où ont défilé les filantes. Malheureusement, la cuvée 2009 a été plutôt maigre. J'espère qu'elles ont filé plus nombreuses au Québec.
Jour 4 - Skyu - Hangkar : bon, en solo maintenant, un peu de sérieux. Départ à 8h15, avec mon "gros lunch" en poche... arrivé 9h plus tard. Grosse journée. Belle journée.
Jour 5 - Hangkar - Nyimaling (4700m): c'est là que ça se corse. Manqué un virage à gauche, je sais pas encore comment, mystère total. Bref, ça devait me prendre 4h et je devais continuer pour en finir avec le trek... je suis arrivé de justesse à Nyimaling, juste après le coucher du soleil, après 13h de marche non-stop, une montée-descente de 500m pour essayer de me déperdre, un col non prévu à 5100m, une sacré belle vue sur le Kang Yaze (6400m... j'y étais presque, mettons) et une douzaine de traverses de rivière frette, eau aux cuisses. La totale.
À Nyimaling, pas de vrai homestay, mais le même principe, sous la tente. Maudit bon riz aux légumes... forcément, ça ouvre l'appétit, la marche.
Jour 6 (hier) - Nyimaling - Shang Sumdo - Leh: pas de niaisage, un autre col à 5100 et en 5h c'est fini. Long long sur la fin par contre, question d'ampoules. Chanceux, à Shang il y a un jeep qui attend du monde pour 15h. Il accepte de me donner un lift (500 roupies) jusqu'à Karu, où il y a des bus pour Leh. Ça me sauve 2-3h de marche plate, sur la route.

Et pis aujourd'hui, petit samedi tranquille, douche chaude, patchage de pieds, banana lassi, lavage, sieste, internet, sweet lassi, lavage, marche, souper et planification de la suite. Le fameux Kang Yaze me travaille assez fort, mais il est pas très populaire semble-t-il, et cher. Et pis les copains allemands me travaillent encore plus fort pour faire le Stok Kangri (6100m) avec eux, sommet pas technique mais très couru des foules en quête de maux de tête. J'ai fini par accepter, en option 1, à 17000 rooupies pour les 3, 5 jours, tout inclus, mais pas les antihistaminiques. Départ demain midi.
Bonne fête de l'indépendance de l'Inde!

...plus le temps de mettre des photos sur flick. Une autre fois.

samedi 8 août 2009

La marche c'est la santé, une fois acclimaté!

Départ en trek demain après-midi, vallée de Markha. De retour dans 9 jours. Parait que c't'une autoroute de tourisss, mais on verra bien. Les 3 premiers jours avec guide et amis de minibus, le reste tout seul... à suivre la foule, de village en village. Un col à 4870 et un à 5100m. Ça devrait aller.

Demain matin son "Holiness" le Dalaï Lama vient faire un tour de piste à l'aéroport de Leh. D'ailleurs pas mal d'action côté police dans les rues ce soir.

à+!

vendredi 7 août 2009

Leh - 3500m

Sorti de la machine à laver hier soir, à peu près vivant et presqu'en un morceau. Trouvé une super guesthouse, grande chambre, beau jardin, belle vue et eau agréablement tièdasse. En meilleure forme et moins déshydraté, j'aurais pleuré en voyant le lit.
Aujourd'hui: encore en SPT, mais heureux d'être content. Enfin le Ladakh! Sacré beau coin de planète, rigoureusement aride sur les bords, moins dans les creux. Passé la journée à flâner entre deux siestes, avec une petite montée jusqu'à un des stupas du coin, histoire de pas trop perdre le beat. Ahhh, les vacances.
Demain: planification des treks à venir.

p.s. plein de nouvelles photos sur flickr:
Album Inde: http://www.flickr.com/photos/ke_martel/sets/72157621847639111/
puis cliquer "diaporama" en haut à droite, pour mieux les voir.

Manali-Leh en mini-bus

Comme faire un tour de laveuse de 36h (chargement frontal, pour la vue) , avec un break de 12h de gastro nocturne à l'indienne, perché à 4200m, au gros frette. La joie.

mardi 4 août 2009

Statistiques

Espérance de vie
Pérou (107e): h:68 f:72
Inde (116e): h: 66 f: 71
Canada (10e): h: 77 f: 84
http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_life_expectancy

Population
Pérou: 27 millions (2007)
Inde: 1,17 milliard (juillet 2009!)*
*À ma précédente visite, en 1998, d'après le compteur géant à Delhi ils étaient même pas 1 milliard, mais j'ai pas encore vu une grosse différence.

Ça rit. (Roupies yé! Roupies ya!)

Bon, 1er lassi coché (sweeet!), là on peut jaser.
Old Manali: journêe de dêpliage de rotules. Pas le choix de jaser transport, comme ça occupe 80% de mes journées depuis qqs jours (semaines!). L'autre 30%, histoire de donner dans le 110, étant consacré à 1) regarder dehors, 2) cogner des clous, 3) boire de l'eau emplastifiée, 4) visiter des chambres d'hôtels, 5) roupiller (i.e. dealer des roupies), 6) r'houspiller (i.e. houspiller de nouveau, après s'être fait re-crosser), 7) nano-, micro-napper, et, quand c'est d'adon, dormir, 8) manger des peanuts et des ritz mous, et, quand c'est d'adon, un brin de thali, et autres aloo gobi, dhal, palak paneer et chapati.
Donc, transport dis-je, me voilà sur le bord de la rivière Beas, dans le Vieux Manali, genre de Vieux Longueuil, avec Indiens, yaks, chiens à trois pattes, rickshaws, vaches, poules, cochons, et nombreux backpackers en plus, et pas mal de choses que vous pouvez imaginer en moins (mais j'ai du papier de toilette fourni avec la chambre d'hôtel ce coup-ci. On n'arrête pas le progrès.), sur le bord de la Beas après:
  • 2 nuits d'avion, entrecoupées d'une belle journée à "casser", sans succès (ou sucés, en roumain), mes nouveaux souliers à travers Londres (Earls Court, South Kensington, Hyde Park);
  • 45min de taxi (tjs les fameux Ambassador) de l'aéroport de Delhi à la station de bus: Et vlan! En plein dans l'trafic, bienvenue en Inde, qui, soit dit en passant, n'est pas l'Pérou (vous l'attendiez celle-là). Moins enragés au volant les Indiens.
  • 5h de bus de Delhi à Chandigarth (hôtel cher, 850 roupies, et très ordinaire);
  • 1h de bus de Chandigarth à Kalka;
  • 3h d'attente à la gare de Kalka, puis 6h de train Kalka-Shimla (sacré train... dans le Guinness en plus http://www.himachalpradesh.us/webs/himachal/train.htm) (hôtel moins cher, 660 roupies, et bcp mieux);
  • 9h30 de bus de Shimla à Manali (hôtel bcp moins cher, 300 roupies et très mieux).

Conclusions et recommendations

Si la tendance se maintient, on va me payer pour coucher au Royal Garden de Delhi en revenant.

Si vous passez par Manali, allez au Manalsu Guest House et demandez P.C. Thakur, le proprio. Et pis il va vous arranger les 2 jours de bus pour aller à Leh en un rien de temps (1300 youpies*). Départ demain matin 6h!

*1$ CND = 45 youpies

p.s. Govin vous embrasse tous, et Banou et Nandi ont changé de no de cell. sans me le dire.

mercredi 29 juillet 2009

En transit à Montréal

Arrivé hier sain et sauf. Départ demain.

Derniers jours du voyage au Pérou plus mollo: soirée sushi à Lima, un p'tit 4 heures de bus au sud, tour de bateau à Paracas pour voir les zoaazos et les lions de mer, nuit à Paracas, retour à Lima avant-hier, promenade sur le Malecon et souper avec les amis avant de prendre l'avion.
Gracias de nuevo a los amigos de Lima. Good luck for your return in Germany!

Bien beau Montréal sous le soleil! En vous en souhaitant plus que deux jours en ligne cet été.

Anniversaire de Sophie dans 6 minutes!

samedi 25 juillet 2009

Tarapoto... la fin

Qqs minutes avant de partir pour l'aéroport pour retourner à Lima.

Tarapoto - Chachapoyas
Pas eu de grève des transports finalement. Pris le bus de 5h du mat' qui prend 6h, mais qui est parti à 7h et a pris 8h. J'ai finalement compris: +2h partout.
Long trajet, mais magnifiques paysages par contre, orgie de végétation tropicale dans un relief hallucinant.

Chachapoyas
Beau petit village dans une région remplies de sites archéologiques. (Scarlett et Lucas tripperaient!). La forteresse de Kuelap, perchée à 3000m est particulièrement impressionnante.

Bon, plus la prochaine fois, faut que j'y aille, comme dirait Dom:) (et Thriller vient d'embarquer)

mardi 21 juillet 2009

Tiens bon Lizzy!

Anniversaires et naissances, ou l'inverse

Bonne fête à Phil et Isabelle D. (aujourd'hui) et aussi à Petit Paul (2 ans la semaine dernière)!
Et bienvenue à un néo-Léo, celui de Julie et Barry, et aussi à Louis, surhom en devenir, fils de son père et de MHA.

lundi 20 juillet 2009

Statistiques

Cruz del Condor
Vu: 4 condors, 183 touristes, 66 vendeux de bebelles
45,75 touristes/condor
0,36 vendeux/touriste
0,0606 condor/vendeux

Zorino sent l'ail

Entendu la semaine dernière dans le coin des atrapa-niebla, à tue-tête dans la brume, à gros coup de solo de flûte de pan :
tu-tu-tu-tu-tu-tu-tu-tu-tu-tuuuuu, tuuutuuuuu, tututuuuuuu, tu-tu-tu-tutu-tu*

En fermant les yeux bien comme il faut, je me serais presque cru sur la rue St-Jean, un soir d'été.

*je vous laisse deviner: LA toune péruvienne.

Vocabulario

Huelga = grève;
comme dans "huelga nacionale de los transportes mañana"

Viande!

De Tarapoto... suite

Bon, de retour sur le tinternet, au doux son des mototaxis qui s'en vrombissent et s'en crissent un coup tout partout.
Pour en finir avec ma vie pré-Tarapoto: arrivée à Lima samedi soir, enfin de retour à une altitude raisonnable (150 pieds anmm), taxi douteux jsq chez Kai et Anne. Hier... grasse matinée jsqà 5h du matin (!), fallait se pointer dans la brumeuse banlieue pour l'installation d'un nouveau atrapa-niebla (un gros de 12m x 4m), installation à laquelle j'ai vivement participé. Pour les curieux (j'entends déjà Ced), non, ma journée de travail ne m'a rien coûté ce coup-ci. Gratos!
Retour de Villa Maria le temps de prendre 2 minivans, 2 taxis, 1 show de percussion sur le malecon, 1 autre taxi et, de très justesse, 1 vol pour Tarapoto. Et ça s'appelle des vacances ;)

De Tarapoto... un pied dans l'Amazonie

Bon, 1er répit depuis une semaine. Midi et je me sue les d'sous d'bras dans un avec-pas-de-café-tinternet, 40 cennes/h, en attente du bus pour Chachapoyas qui part seulement demain, à 5h du mat'... pour faire changement. Au Pérou, on se lève tôt, trop tôt $"¿?$&="#@·. Bcp d'avenir en perspective.
J'en profite donc pour étaler quelques paragraphes, si jamais vous n'avez rien à lire de ce temps-ci.

Arequipa
Bien beau trip. Les 16h de bus de nuit auraient pu être pire: pas de jamon y queso, Surhom en aurait été presque déçu. Arrivé le matin dans la "ville blanche". Beau coin de planète à 2300 m, entouré de qqs sommets de 6000m ou presque (El Misti, Chachani, Pichu Pichu). 1.5 h à marcher en rond pour me trouver une posada à prix d'ami (15$, baño privado y tv) et planifier les 2 jours dans le coin: pas acclimaté, on va laisser faire les grimpettes de volcans et opter pour 2 jours de treks dans le cañon del colca... et le bus part à 3h du mat', là, là, presque tussuite. Au Pérou, on se lève tôt... et on est en retard. Le bus passe me prendre à 4h. Dernier assis, je me tape la ride su'l banc d'en arrière, dossier pas inclinable, genoux dans l'front bien s'queezés, collé sur l'odeur de la toilette, 6 belles heures de micronaps de 3 minutes avec réveils panique en chute libre, le derrière à 6 pouces du banc. Mais bon, grand confort par rapport aux bus indiens, demandez à Steph (j'ai presque hâte à dans 2 semaines).
(Bon, 'y a un p`tit drôle qui vient de mettre "Beat it" dans le café-tinternet, temps que je me pousse).
Après la ride de bus, 6 heures de marche dans le cañon. Superbes vues. On descend 1200m, tout au fond, pour mieux les remonter, le lendemain à 4h du mat' (!!!), histoire de prendre le bus qui part à 8h pour Arequipa. Toujours prêt.
Pas de bus à 8h, celui de 10h roule un bout et scrappe sa transmission. On change. J'arrive à Arequipa à temps pour prendre 2 taxis, une douche et un avion pour Lima... (bon, v'là j'y vais avant Billie Jean).

mercredi 15 juillet 2009

Lima en la niebla

2e journée avec Kai et Anne... départ pour Arequipa ce soir: 15h de bus (jamon y queso).
Vu hier:
- les Atrapanieblas et Villa María del Triumfo http://news.nationalgeographic.com/news/2009/07/090709-fog-catchers-peru-water-missions.html
http://www.alimon.org/6.html
- Barranco
- un bar deKaraoke (!)
- un bar de salsa (!!)

Hasta pronto!

vendredi 10 juillet 2009

Acheté

Billets pour Lipsynch de Robert Lepage (version de 9h) - le dimanche 28 février 2010 (!)

Ben sûr...

http://qc.news.yahoo.com/s/afp/090709/insolite/usa_musique_people_d__c__s_ra__l_canada

jeudi 9 juillet 2009

Photos

Nouvelles photos de Charlevoix dans l'album flickr

lundi 6 juillet 2009

Chalet gris, gazon qui se pousse

Pourquoi un blog?

Pourquoi pas.
Et pour donner des nouvelles à ceux et celles qui voudront bien aller les chercher, et surtout sans que personne ne soit "pogné" à twitter ou faire du facebook.

Récent

- aujourd'hui 1er jour à Mtl. Bcp de bruit pour rien, surtout le matin. Belle piste cyclable toute neuve sur Rachel. Visa indien en main. Prêt à partir.
- ouverture d'un blog de vacances - c'est beau la technologie, surtout étrange d'avoir le temps d'écrire. Le diaporama à droite: pour l'instant des photos de Moab de l'an dernier, prises par les nous-autes-on-est-des-riders qui étaient là à l'époque (i' défilent trop vite les photos).
- début des vacances: après le beau temps, 8 jours de pluie dans la brume de Charlevoix. Magnifique. Pas vu: les trois beaux caribous en haut de l'Acropole.

1-2-3 test

Vu: un beau t-shirt avec un bel indien à plumes et un beau loup sur une madame