mercredi 25 juillet 2012

The night was rough...

C'est pas moi qui l'a dit, c'est le fermier. Celui qui a le camping flate de Flatey, si bien exposé au vent, comme tout le reste de l'île d'ailleurs. (Note budgétaire: 1000 couronnes la nuit, eau, toilette et pas de douche, soit environ $8,50). La tente a fait un vacarme ahurissant, mais a tenu le coup. Bonne affaire, il reste quand même quelques nuits à faire. Nuit bien ventilée et claire, forcément. Réveillé à peu près aux heures, mais pas vu l'obscurité. Je pensais qu'elle s'était faufilée quelque part entre minuit et quart et 1h12, mais non, elle s'est défilée en juin et reviendra en douce dans quelques semaines. Et puis, bon matin pour démonter une tente au grand vent, avec pas de pluie, jitvpsp*. Souris, c'est lundi :)

Hier soir, aux Beaux Dimanches, marche sur Flatey, avant le bœuf stroganof lyophilisé, la mécanique de réchaud (problème de valve pas réglé, ça regarde pas très bien) et la nuit masque aux yeux bouchons aux oreilles. Marche entre la vingtaine de maisons d'abord, l'église et derrière l'église, la plus petite plus vieille bibliothèque jaune d'Islande, puis sous les sternes en furie (grosses comme des bibliothèques jaunes, photo à l'appui), parmi les édredons volants et autres espèces de zôaazos volatiles.
Le bout de l'ile est une réserve dont l'accès est interdit pour cause de "hachure protégée" (photo à l'appui!), entre mai et le 20 juillet... bon timing donc. Pas vu de hachure. Pas de pas fines non plus. J'avais pas réalisé avant ce matin, mais c'est toute une attraction, les pas fines. Les Zeuropéens sont ici pour voir ça. Ça leur fait moins loin qu'aller chez nous. Mais quand il vente à perdre la vue, les pas fines font les fines et se terrent à la maison, ça rend leur mac heureux (jeu de mots de bas niveau, mais si vous pognez celle-là c'est que vous avez vraiment pas assez dormi ou trop... Parlant jeu de mot, pas de lapon (ref.: blog norvégien juillet 2011, pour les nouveaux lecteurs, s'il y a lieu) mais du lupin en masse:)
Prochaine étape: traversée sur les fameux fjords de l'ouest, puis improvisation comparée ayant pour titre: Brjánlækur ou Hrafnseyrarheidi, pleuvra, pleuvra pas, telles sont les questions.

*jusqu'ici tout va pas si pire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire