mardi 25 mars 2014

Les transports, encore, et les sardines. Sra Em à Ban Lung. Go East...

J'avais acheté le billet la veille, avec mon gentil mobileux. Pour Preah Vihear City (pas la province ni le temple. Un peu comme si au Québec on avait en plus une Basilique Québec. Ou un Colisée Québec.). En disant que j'allais à Stung Treng, la fille au guichet de bord de route m'avait fait un sourire dans le genre qu'on plisse. Un peu l'inverse d'un sourire en tendu. 

Le voyage s'est passé sans histoire à raconter, sur de la belle asphalte neuve, entre 6h30 et 9h30. 6$. En débarquant, dans le temps de dire "Stung Treng", le co-chauffeur me dit: "Stung Treng?", avec un accent plein de rebondissements. J'opine inopinément et me retrouve en mobilette pour faire les 500m jusqu'à la "share taxi" station. Transfert gratuit. Ici, on s'occupe de vous, jusqu'au bout. Ça sent la camry pleine à craquer. Je refais une version améliorée de mon mime de la sardine cambodgienne en disant que je veux pas payer si c'est pour être tassé. On me dit: "yes yes yes only 6 only 2 in front, leaving at 10 o'clock." On est partis à 11h, 2 en avant, 3 en arrière, sous un pare-brise étoilé, ceinture bouclée, très satisfait d'avoir pratiqué la sardine une partie de la nuit.

Jusqu'à Thalat, rive ouest du Mékong, belle route en poussière, puis la traverse avec 40 mobilettes, 2 gros SUV climatisés en marche et beaucoup de monoxyde de carbone. De l'autre bord, Stung Treng. Bing bang boing! Lunch time. 

Et puis, comme ça, tant qu'à y être dans les transports, pourquoi pas pousser ça à Ban Lung, au creux à l'est dans le Ratanakiri. Y a une minivan qui part bientôt, go go go. Avant d'acheter le billet, vous pouvez être certains que j'ai refait la sardine avec toute l'assurance d'un Marcel Marceau... mais l'accent de l'est doit être différent, je sais pas. Chose certaine le gars a rien compris, ou il y a une négation qui n'est pas passée, parce qu'on était tassés exactement comme vous savez quoi. 

En trois heures, bing bang bedang Ban Lung, pas fâché d'arriver... et ça sent la poussière, et, forcément, la sardine. Pas très fraîche.

1 commentaire: